En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.
Pharmacie Val d'Europe
Préparez votre voyage
 
Tél : 01 60 43 14 66
Fax : 01 60 43 13 90

Votre pharmacie proche de Disneyland, Lagny-sur-Marne, Bussy-Saint-Georges

La Pharmacie Val d'Europe, proche de Lagny-sur-Marne et du Parc Disneyland Paris, vous donne des conseils pour bien préparer votre voyage et adopter les bons gestes pendant vos vacances, en particulier dans certains pays.

Les vaccinations sont à prévoir 1 à 2 mois avant le départ !

La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire pour entrer dans certains pays. Consultez la liste des centres de vaccination.

Certains autres vaccins sont recommandées en fonction des zones visitées et conditions de séjour : encéphalite japonaise, fièvre typhoïde, grippe, hépatite A et B, rage, tuberculose, infections invasives à méningocoques.

Préparer sa trousse à pharmacie

À adapter en fonction de votre voyage :
  • protection contre le paludisme : répulsifs contre les moustiques, insecticides pour imprégner moustiquaires et vêtements, antipaludiques à usage préventifs (sur ordonnance uniquement),
  • médicaments : antalgiques et antipyrétique (paracétamol), antibiotiques (sur prescription uniquement), anti-diarrhéiques (Smecta, Tiorfast + ultralevure), antiémétiques, anti-allergiques, antiseptiques cutanés,
  • autres : protection solaire, crème pour les brûlures, sérum physiologique, pansements stériles, thermomètre, gel hydro-alcoolique pour les mains, probiotiques en cure préventive, désinfectants pour l’eau, préservatifs…

Paludisme : sans piqûre de moustique, pas de paludisme !

Protégez-vous contre les piqûres de jour comme de nuit :
  • portez des vêtements couvrants,
  • appliquez un répulsif sur toutes les parties du corps non couvertes (adapté pour enfants et femmes enceintes),
  • insecticides pour imprégner moustiquaires et vêtements (efficacité 2 mois ou 3 lavages),
  • utilisez des insecticides à l’intérieur (bombes, diffuseurs).

Les traitements préventifs sont des médicaments sur prescription médicale dont le choix de traitement dépend de la zone visitée, de la durée du voyage et de la personne.

La publication Voyages internationaux et santé de l'OMS est un guide complet pour la prévention et le traitement de toutes les maladies dont peuvent être atteints les voyageurs.

Le paludisme est une maladie potentiellement mortelle due à des parasites transmis par des piqûres de moustiques infectés. L’OMS estime en 2016, 216 millions de cas de paludisme dans 91 pays, soit 5 millions de cas de plus qu’en 2015.  La protection par un anti-paludéen oral n’est pas suffisante. Le médicament vous évitera un accès palustre mortel mais pas d’être contaminé par le paludisme. Pour ne pas attraper le paludisme, il faut ne pas être piqué, d’où l’application de répulsif sur la peau mais aussi sur les vêtements les moustiques piquant même au travers de toile épaisse comme un Jean.

Vos traitements

  • Emportez vos médicaments habituels en quantités suffisantes pour la durée du séjour.
  • Ayez toujours votre prescription médicale et faites noter par votre pharmacien ou médecin le nom de vos médicaments en langage international.
  • Tenez compte du décalage horaire pour les prises de certains médicaments (pilules…).
  • Emportez vos médicaments dans leur emballage et non en vrac (source d’erreur).

Hygiène alimentaire

À éviter :
  • glaces, sorbets, glaçons,
  • coquillages,
  • crudités, aliments consommés froids.

Ce qu’il faut faire :
  • se laver les mains avant chaque repas,
  • consommer de l’eau uniquement en bouteille encapsulée ou rendue potable (filtres, produits désinfectants, ébullition forte pendant 1 minute),
  • bien cuire les œufs, la viande, le poisson et les crustacés,
  • consommer du lait pasteurisé ou bouilli,
  • probiotiques.

En cas de diarrhée

  • Boire abondamment (liquides salés et sucrés en alternance ou solutions de réhydratation orales, en particuliers chez l’enfant) pour éviter la déshydratation.
  • Consulter rapidement un médecin pour les enfants de moins de 2 ans, si les diarrhées persistent plus de 48 h ou si elles sont accompagnées de vomissements ou de fièvre, ou si du sang ou du pus sont présents dans les selles.

Prévention solaire

  • Évitez de vous exposer entre 12 h et 16 h.
  • Recherchez l’ombre le plus possible.
  • Couvrez-vous avec des vêtements, chapeaux, lunettes de soleil.
  • Appliquez de la crème solaire toutes les 2 h et après chaque baignade sur les parties exposées.
  • Protégez plus particulièrement les enfants. Les bébés ne doivent jamais être exposés au soleil.

Phlébologie et problèmes veineux

Le risque de phlébite du voyageur « Syndrome de la classe économique »

Le risque de phlébite (thrombose veineuse profonde) au cours d’un voyage long notamment aérien, peut, en cas extrême, entraîner des troubles graves allant jusqu’à l’embolie pulmonaire, voire le décès. La stagnation du sang favorise les œdèmes et la formation d’un caillot de sang qui peut bloquer la circulation dans une veine profonde (thrombose ou phlébite). La phlébite pouvant entraîner une embolie pulmonaire (caillot de sang qui se détache et vient boucher une artère pulmonaire).

Sans aller jusque là, pour écarter tout risque et voyager confortablement en évitant jambes lourdes et gonflées, fourmillements dans les pieds ; une solution simple: porter des chaussettes de contention ; se lever et faire quelques pas. Les symptômes de la phlébite ne sont pas toujours immédiats et peuvent apparaître plusieurs heures après l’atterrissage ; voire plusieurs jours ou semaines après.


Les conditions de voyage ralentissent la circulation du sang dans les jambes

Les vols long-courriers, tout comme les longs voyages (train, autobus, voiture ; et même en business class), favorisent les troubles veineux, notamment la stase veineuse (stagnation du sang) et augmentent les cas de phlébites :
- L’immobilité prolongée pendant plusieurs heures assis freine le retour veineux (la marche est bonne pour la circulation)
- En classe économique, l’absence de place pour les jambes ne permettant que peu de mouvements et diminuant la bonne circulation du sang ; de même que la compression prolongée des veines sur le bord avant du siège.

Des facteurs spécifiques au transport aérien perturbent la bonne circulation du sang dans les jambes et favorisent la stase veineuse, comme :
- La déshydratation du corps, due au faible taux d’humidité dans la cabine de l’avion.
- Le plus faible taux d’oxygène de l’air et donc dans le sang.

Le risque de thrombose augmente avec la durée du voyage :
- un voyage de plus de 4 heures multiplie le risque par 2 à 4
- un voyage de plus de 12 heures multiplie le risque par 10

Le port de bas de contention

Le port de bas de contention est indispensable en avion et permet de prévenir le risque de phlébite; ce que fait l’ensemble du personnel navigant (pilotes, hôtesses, stewards). Pour les vols jusqu’à 4 heures, des chaussettes, bas ou collants de compression classe 1, voire une compression non médicale, comme les chaussettes de voyage sur des vols courts, sont recommandésPour tout vol de plus de 4 heures, des chaussettes, bas ou collants de compression classe 2 sont nécessaires.

Les bas de compression agissent en facilitant la remontée du sang, appuyant sur les veines en superficie et surtout en profondeur (80% du retour veineux), comme on chercherait à faire remonter du dentifrice en pressant sur le tube. Le retour veineux est normalement assuré par la marche, mais en situation immobile prolongée, le sang stagne dans les jambes. Les bas de compression assurent cette circulation veineuse.

Conseils pour bien faire circuler le sang en avion

- Porter des chaussettes, collants ou bas de contention (classe I ou II)
- Boire, bouger ses pieds et ses jambes, marcher

60% des cas de thromboses en avion sont asymptomatiques (absence de symptôme : pas de douleur ni raideur au mollet) d’où l’intérêt de la prévention. Symptômes de phlébite :
- Gonflement du pied et du mollet
- Mollet raide, brûlant, douloureux (un seul mollet)

Si ces symptômes se manifestent pendant ou même plusieurs jours après le voyage, prendre immédiatement contact avec un médecin pour écarter tout risque de phlébite.

Les dangers de la phlébite du voyageur : l’embolie pulmonaire

En cas d’embolie pulmonaire, 1 personne sur 4 n’est pas traitée à temps et décède, d’où l’intérêt d’en connaitre les signes pour agir précocement. L’évolution de la phlébite vers une embolie pulmonaire se traduit souvent par :
- Une douleur thoracique
- Un essoufflement
- Des crachats de sang
- Perte de connaissance et syncope

Les facteurs qui augmentent le risque de phlébite en avion :
- Antécédents de thrombose veineuse profonde ou d’embolie pulmonaire
- Contraceptifs oraux, traitement substitutif de la ménopause
- Grossesse et 6 semaines après accouchement (ou 6 mois après césarienne)
- Intervention chirurgicale récente (notamment abdomen ou membres inférieurs)
- Cancer évolutif
- Thrombophilie (hypercoagulabilité du sang)
- Obésité
- Maladie veineuse chronique évoluée
- Insuffisance cardiaque décompensée
- Immobilisation récente de longue durée
- Age de plus de 40 ans (le risque augmente avec l’âge)
- Déshydratation (par exemple suite de gastro-entérite)
- Tabagisme
- La taille : plus de 1,90m ou moins de 1,60m =  risque multiplié par 6.